Appel aux dons de selles rémunérés, les volontaires ne se sont pas fait prier

Un appel aux dons de selles contre une compensation de 50 € avait suscité l’engouement sur les réseaux sociaux. Quiconque souhaitait joindre les deux bouts grâce à ce programme devait remplir les conditions. C’est-à-dire, avoir entre 18 à 49 ans, être inscrits à la sécurité sociale française et ne pas suivre de traitement médical. Surpris par la réactivité des volontaires, l’Hôpital Saint-Antoine s’est vu dans l’obligation de rétracter l’annonce et annuler les recherches.

Payé 50 euros pour faire popo

Après l’annonce proposant 50 euros par échantillon d’excrément, les demandes de renseignements ont afflué jusqu’à saturation de la ligne d’assistance téléphonique de l’Hôpital Saint-Antoine. Les médias ont d’autant plus incité des milliers de personnes à contacter l’hôpital sis à Paris ou à s’y rendre sur place.

L’idée de donner ses excréments avait amusé de nombreux internautes, mais le sujet est sérieux. L’objectif était en effet d’évaluer l’efficacité de la transplantation fécale dans les maladies inflammatoires de l’intestin, la rectocolite hémorragique. Les gastro-entérologues croient également que cette méthode peut guérir plusieurs maladies, comme la malnutrition, l’autisme, même la maladie de Crohn.

La recherche a cependant été victime de son succès. Et si le sujet peut sembler ridicule, pour les chercheurs et les patients, ce fut une catastrophe. La situation était devenue tellement ingérable qu’il a fallu suspendre les dons. De même pour l’étude menée par les médecins du Centre de Recherche Clinique de l’Est de Paris.

La transplantation de microbiote fécal (TMF)

L’intestin humain contient une multitude de bactéries dont la composition reste en partie inconnue et unique à chaque individu. La procédure expérimentale consiste à injecter des déchets humains chez des patients dont le taux de bactéries saines est épuisé. Dans certains cas, ce taux peut être juste déséquilibré.

La transplantation de microbiote fécal se fait en introduisant les selles d’un donneur sain dans le tractus gastro-intestinal d’un patient receveur. Elle se fait par sonde gastrique nasale ou coloscopie, afin de rééquilibrer la flore intestinale modifiée de l’hôte. Cette approche thérapeutique suscite un intérêt croissant et a fait l’objet de nombreuses études.

Un nouvel espoir pour les victimes de rectocolite hémorragique

Une seule transplantation de microbes contenus dans les selles d’un donneur en bonne santé est un moyen sûr et efficace d’augmenter la diversité des bonnes bactéries dans les entrailles des patients atteints de colite ulcéreuse. Les résultats montrent que la transplantation de microbiote fécal (TMF) pourrait être un traitement efficace pour atténuer une inflammation et des ulcères dans le tube digestif.

Les chercheurs ont constaté qu’après quatre semaines, les populations bactériennes dans les intestins des patients ressemblaient davantage à celles des donneurs sains que les microbiomes originaux des patients. De plus, le traitement a également entraîné une réduction de la réaction inflammatoire à l’origine de la colite ulcéreuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *